Une idée en armes

Ostrogoto [fr]

Une idée en armes

Expériences anarchistes aux États Unis et en Russie au début du 20ème siècle
 
Un des bastions idéologiques de la domination, c’est son éternité supposée, sa présence pérenne. Pour ne pas être questionnée, elle prétend être comprise et acceptée par tous comme si son existence était inévitable et naturelle. Si l’autorité a toujours existé, naturelle comme le soleil et l’eau, si le besoin de commander et le besoin d’obéir sont aussi inévitables que le besoin de manger et le besoin de dormir, alors toute critique radicale du pouvoir, toute tentative de le renverser, toute désertion de ses rangs, est complètement dénuée de sens. Une idiotie, avant d’être une utopie.

L'ennemi de toujours

Ostrogoto [fr]

L'ennemi de toujours

Si un jour meurt l’anarchisme, ce sera parce que les anarchistes l’auront eux-mêmes tué. Une affirmation forte, certes, mais quand on y réfléchit un peu plus, pas tant dénuée de signification. Les adversaires de l’anarchie, de l’État aux capitalistes, des prêtres aux autoritaires variés, peuvent la blesser, même grièvement, mais n’ont jamais réussi à l’achever.

Que tourne le vent !

Ostrogoto [fr]

Que tourne le vent !

« L’éolien industriel n’est jamais que la poursuite de la société industrielle par d’autres moyens. Autrement dit, une critique pertinente de l’électricité et de l’énergie en général ne saurait être autre chose que la critique d’une société pour laquelle produire massivement de l’énergie est une nécessité vitale. Le reste n’est qu’illusion : approbation masquée de la situation présente, qu’elle contribue à maintenir dans ses aspects essentiels. »

Le vent nous porte sur le système, 2009

Une nuit d’orage. Les décharges électriques illuminent le ciel tandis que les coups de tonnerre semblent annoncer la fin du monde. Si cette dernière n’est pas arrivée ce 1er juin 2018 à Marsanne (Drôme), il s’est pourtant bien passé quelque chose cette nuit-là, ou plutôt deux choses, qui ont enfin rencontré un destin inespéré : deux éoliennes ont été attaquées.

Rompre le cercle

Ostrogoto [fr]

Rompre le cercle

L’enfermement semble paradoxalement nulle part, relégué dans un ailleurs invisible à la foule des coeurs domestiqués et des cerveaux anesthésiés, et pourtant il est partout présent. Dans le sentiment d’asphyxie qui prend à la gorge à chaque pas de travers, comme dans la chaîne à rallonge d’obligations et de sanctions traînée comme un boulet au pied.

Allô, allô ?

Ostrogoto [fr]

Allô, allô ?

« Les civilisations de masse ont élevé le bruit au rang d’écho collectif. Nous en sommes au point où le bruit rassure. Le bruit a, en effet, plusieurs mérites non négligeables. Il crée une sorte de fausse unanimité et, du même coup, abolit l’individu, engourdit la conscience. Il est cher, pour cette raison même, à l’oreille de la société. Il noie toute signification cohérente dans le chaos d’un parler indistinct. Le bruit est le langage actuel de l’Humanité. » 
Georges Henein, L’esprit frappeur 
 

Pour approcher le sujet aussi complexe que désespérant qu’on appelle souvent « la perte du langage », peut-être pourrions-nous partir d’un quelconque exemple. Quoique très souvent utilisé, ce n’est pas toujours une façon de procéder des plus honnêtes.

Cerfs volants

Ostrogoto [fr]

Cerfs volants

« N’ayez pas peur des difficultés que vous rencontrez; 
rappelez-vous que le cerf-volant monte toujours 
avec le vent contraire, jamais avec celui en sa faveur »
 
Il y a une guerre à 2 250 kilomètres d’ici. Une guerre combattue à armes inégales. D’une part, l’une des armées les plus redoutables du monde, possédant les armes de guerre les plus modernes et sophistiquées; de l’autre, les survivants d’une population épuisée par une longue occupation.

De l’irrégularité : entre l'analyse et le désir

Ostrogoto [fr]

De l’irrégularité : entre l'analyse et le désir

« Pas simplement l'amour qui s'adresse à une seule personne, mais l'instinct animal, le désir simple et indifférencié.
Là était la force qui mettrait le Parti en pièces »
George Orwell, 1984
 
Souvent, quand on sent que le calme règne, on s’acharne à tenter d'ébaucher une analyse de la situation. On rentre dans cet ordre du discours qui récite: il manque l'analyse de la réalité, il faut étudier ce qui se passe autour de nous. Et qui ne serait pas d’accord avec ce principe? Pour attaquer un monde qui nous horrifie, il est plutôt sage de savoir ce qui nous provoque du dégoût.

Paroles claires

Ostrogoto [fr]

Paroles claires

La « bonne guerre » des anarchistes italiens immigrés aux Etats-Unis (1914-1920)

 

« Et dites, dites ! Que seriez-vous

sans dieu, sans roi, sans patrons,

sans bûches, sans larmes ?

— Il finimondo (1) ! »

“MATRICOLATI !” Cronaca Sovversiva, 26 mai 1917

 

 

Si les anarchistes ne font pas leur histoire, ce sont leurs ennemis qui la feront.

Cette observation — par ailleurs valable au-delà du seul cadre historiographique —, formulée par un célèbre historien italien vers la moitié du siècle passé, précède et accompagne tout le débat autour de ce que l’on appelle l’histoire d’en bas.

Rubicon

Ostrogoto [fr]

Rubicon

Un autre Rubicon a été franchi. Ce qui était malheureusement prévisible n’a pas tardé à se réaliser, favorisé par un petit jeu diplomatique dégueulasse entamé par les Etats-Unis. Suite à leur annonce de vouloir constituer une armée régulière stationnée le long de la frontière turco-syrienne — en enrôlant une partie importante de combattants des YPG kurdes au nord de la Syrie —, le régime d’Ankara a lancé le 19 janvier une offensive militaire contre l’enclave d’Afrin tenue par ces derniers. 

À propos d'anarchisme et (de crise) d'identité

Ostrogoto [fr]

À propos d'anarchisme et (de crise) d'identité

Un texte intitulé « Contre » l'anarchisme. Une contribution au débat sur les identités, déjà paru en novembre dernier en Espagne dans la revue Solidaridad Obrera (organe officiel de la CNT), a été traduit en français il y a peu et publié sur le site lundi.am (organe non officiel du Comité Invisible).

Recommencer

Ostrogoto [fr]

Recommencer

Recommencer, toujours. C’est le sort, qui peut sembler quelque peu tragique, de tous ceux qui sont en guerre contre ce monde d’horreurs infinies. En cours de route, certains tombent sous les coups, d’autres ne résistent pas aux sirènes qui appellent à se résigner et à rentrer dans les rangs, voire retournent carrément leur veste. Les autres, celles et ceux qui persistent se battre entre hauts et bas, doivent à chaque fois retrouver force et détermination pour recommencer. Pourtant, à bien à y réfléchir, la tragédie n’est pas de recommencer, de repartir de zéro, mais d’abandonner et de se trahir soi-même. La conscience, toujours individuelle, peut être un fardeau lourd à porter, et devient cruelle quand on l’a trahie sans disposer de suffisamment d’anesthésiants. Car ce monde n’en manque pas, et les distille même à volonté. Une petite carrière alternative à son propre compte, des dimanches pour aller s’émerveiller dans un parc naturel, un projet humanitaire ou culturel, voire des drogues carrément plus dures : écrans en tout genre, réalités et socialités virtuelles, abrutissement total. Non, un tel sort nous effraie bien plus que toutes les souffrances, que toutes les peines liées à l’échec de détruire l’autorité. 

Hors Service

Ostrogoto [fr]

Hors Service

Après la fin de l’aventure du journal Hors Service, force est de constater que nous non plus, nous n’avons pas « trouvé » le Toison d’or. On l’a voulue, désirée, rêvée. On a combattu, on s’est obstiné, on a reçu des coups. On s’est mis en péril, on s’est mis à nu en entreprenant ce voyage, on s’est hasardé dans des terres inconnues. Si notre bateau n’est pas arrivé à destination, c’est que la destination doit être le voyage même.
 

Dans toutes les directions

Ostrogoto [fr]

Dans toutes les directions

A propos de frontières, de forteresses et de liberté
 
Le concept de frontière signifie généralement une séparation géographique délimitant un territoire étatique ou municipal par rapport à un autre. Parfois, ces zones sont délimitées à travers des « obstacles » naturels comme des rivières ou des montagnes, et dans d’autres occasions elles sont tracées à la règle de manière coloniale. Mais dans tous les cas, les frontières déterminent un territoire dominé et administré autoritairement et devant être protégé et défendu contre l’extérieur. Ainsi, la sécurisation des frontières avec des systèmes (murs, grilles, etc.) et du personnel (police, armée, etc.) de protection ne date pas des « derniers » mouvements migratoires déclenchés par la catastrophe planétaire. De la même manière, les guerres menées pour des conflits frontaliers et des visées de pouvoir territoriales font partie des horreurs trop connues de toute domination.

Sur le G20 à Hambourg et sur la révolte

Ostrogoto [fr]

Réflexions sur le G20 à Hambourg et sur la révolte

Les textes suivants sont un petit aperçu de discussions qui ont occupé quelques anarchistes à Hambourg au cours des dernières semaines et des derniers mois.
Le premier texte tente de replacer la réalisation des sommets de l’OSCE et du G20 dans le contexte de Hambourg et de décrire les pas qu’ont décidé de faire des individuali- tés anti-autoritaires. Il a été écrit avant le sommet du G20. Le deuxième texte a surgi la semaine après le sommet et constitue un bilan intermédiaire, un concentré de discussions en cours entre compagnon-ne-s à la suite des événements chamboulants des journées autour du 7 juillet. 

Une illusion : la domination sans personne

Ostrogoto [fr]

Une illusion : la domination sans personne

Que signifie dire quelque chose ? Que signifie exprimer ses idées ? Quelles en sont les conséquences, pour nous-mêmes, pour notre agir ?
 
Prenons un exemple : une femme politique de droite sur un podium se prononce pour instaurer l’ordre de tirer aux frontières extérieures. Indignation, emportement, scandale. On veut bien stopper le flot de réfugié-e-s, mais quand-même pas comme ça. Une autre femme politique, disposant de davantage de prestige et de la position la plus haute, reconnue pour ses décisions prosaïques et de spécialiste, signe un traité qui vise à l’internement, l’expulsion et la répartition de milliers de migrant-e-s.

Pagine